Partagez | .
 

 Ammout la Dévorante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MessageSujet: Ammout la Dévorante   Mar 22 Jan - 12:38

SON PSEUDONYME D'OMBRE ▬ Ammout la Dévorante
SON GROUPE ▬ Doppelgänger
NOM & PRÉNOM ▬ Ammout, également Ammut, Ammet, Ammit, Amam, Ammemet, Amemet ou encore Ahemait : faites vous plaisir, vous n'avez que l'embarras du choix.
EN CHIFFRE ▬ Difficile à dire. Trente ans ? Quarante ? Probablement pas moins, difficilement plus : on ne vivait pas particulièrement vieux à cette époque, et ce n'est certainement pas la vieillesse qui l'a emportée.
CRÉATEUR ▬ Son nom, son existence même ont sombré dans l'oubli depuis longtemps.
EXISTENCE ▬ Originaire de temps immémoriaux où les dieux n'étaient encore que de simples mortels adorés par quelques illuminés. Plusieurs fois millénaire, elle ne s'est pas amusée à tenir les comptes.
SERMENT ▬ Vous plaisantez ?



« quote »


TORTURÉ PAR LES TÉNÈBRES, ELLE A ATTEINT LES PORTES DES ENFERS. COMMENT EST-ELLE MORTE ? ▬ Folle, elle était folle. Ceux qui la connurent au début s’accordèrent tous sur ce point. Gravement dérangée, malade, aliénée. Les résultats d’une éducation en marge de la société et loin de tout principe de moralité. Sorcière recluse dans sa forteresse de solitude. Elle mangeait des cœurs, oui. Ceux des fous s’aventurant trop près d’elle. Elle mangeait tout le reste, également. Mais les histoires ne retiennent que certains détails. Ce n’était pas par choix, par ailleurs : il faut manger pour vivre, et elle n’avait que ça en son territoire aride.
Crainte et détestée. Monstrueuse. On lui trouva pourtant une utilité, à la longue. On lui amena les criminels, les pires ordures, les gens de son espèces : ceux qui lui échappaient étaient graciés. Les autres… eh bien, il n’y avait plus vraiment matière à s’en soucier.
Et c’est ici que tout commença.

Quant aux ténèbres, il est difficile de s’accorder sur le moment où elles se fixèrent à elle. Ammout possédait-elle encore un brin de raison avant qu’une Ombre ne se penche sur son cas, ou fut-ce justement sa démence qui l’attira ? Plongée dans un monde de déraison, elle fut probablement terrifiée par les tourments qu’on lui fit subir mais ne tarda pas à se délecter de sa propre peur. Folle, vous disais-je ! Les cauchemars devinrent comme une drogue et elle se mit à rire au visage de ses tortionnaires, les défiants de faire plus, de faire pire. Jusqu’où la tourmente pouvait-elle être poussée avant d’atteindre le point de non-retour ? Ses limites pourraient-elle finalement être atteintes, défaites, et quelle serait la vision de trop, celle qu’elle ne pourrait pas supporter ? A quoi pourrait-elle bien s’attaquer pour qu’Ammout se brise contre elle, frêle fétu de paille ?
Quand la mort frappa finalement à sa porte, elle ouvrit grand les bras aux royaumes des Ténèbres.


MIS A PART LE SERMENT OBLIGATOIRE A SON CROQUEMITAINE CRÉATEUR, A-T-ELLE JURÉ FIDÉLITÉ A UN CROC' UN JOUR ? SI OUI, RACONTEZ. ▬ Il y en eu plusieurs durant ses premiers siècles d’existence, effectivement. On peut reprocher bien des choses à la Dévorante, et l’accabler de bien des manières différentes, mais jamais on ne dira d’elle qu’elle était stupide. Qu’elle soit privée de raison ne la privait pas d’intelligence pour autant et rusée, ça oui elle l’était !
Aussi ne fut-elle pas longue à comprendre qu’il valait mieux pour elle qu’elle conclue pactes et alliances, qu’elle se place sous la gouverne d’un être plus fort, plus puissant. Si faible au début, il lui fallait une protection, un piédestal, quelqu’un pour lui enseigner. Elle avait soif d’apprendre, la jeune Ammout, soif de reconnaissance ; elle ne voulait pas rester misérable insignifiante indigne du regard de Mère Ombre.

Au bout d’un certain temps cependant, ces serments s’espacèrent de plus en plus jusqu’à ce qu’elle cesse définitivement d’en faire. N’en fera probablement plus d'ailleurs, à moins d’une excellente raison ou d’un croquemitaine hors normes – et encore faudrait-il qu’il ait des arguments convaincants car ce n’est pas elle qui viendra se plier à ses ordres de son propre chef. A la vérité, elle préférerait, elle, être capable d'assermenter quelques croquemitaines de temps à autre plutôt que l'inverse. Ce n'est malheureusement pas un pouvoir qui lui appartient. Et à présent vieille de milliers d’années d’expériences, Ammout préfère de loin sa solitude et son indépendance à tout ce qu’on pourrait bien lui faire miroiter… ou presque.


LA PREMIÈRE FOIS QU'ELLE A RENCONTRÉ LA SUBLIME REINE NOIRE, COMMENT A-T-ELLE RÉAGI ? ▬ Ravissement et adoration. Subjugation. Qu’elle était belle, la Reine. Qu’elle était fascinante, et terrifiante tout à la fois. Dangereuse sans aucun doute, et Ammout ne chercha même pas à essayer l’impertinence ou l’insurrection avec elle. Son courroux, elle ne fut pas longue à le deviner, était quelque chose qu’elle ne voudrait jamais voir s’abattre sur elle. Ainsi, la fidélité qu’elle lui offrit fut probablement la chose la plus sincère qu’elle eut fait de toute son existence, quand bien même était-elle en partie dictée par un puissant instinct de conservation.
Suffisamment censée pour ressentir une peur bien tangible face à celle qui était la Mère de toutes les Ombres, elle posa un genou à terre devant elle et plia l’échine de bonne grâce comme elle ne l’avait encore jamais fait. Elle jura loyauté et obéissance d’une voix forte et franche, et son esprit malade jura en son for intérieur qu’il veillerait bien à ce qu’elle soit fière de cette enfant-là, quoi qu’il faille faire pour ça.


APRÈS AVOIR TROUVÉ UNE PROIE, ELLE REJOINT LA RÉALITÉ POUR LUI « TENIR COMPAGNIE ». EST-ELLE GENTILLE, CRUELLE, SÉDUCTRICE ? ▬ « Vous ne savez pas trop bien depuis quand exactement cela a commencé, mais vous souffrez de troubles du sommeil de plus en plus graves. Vous faites des rêves étranges dont vous vous réveillez avec un arrière goût de cendre dans la bouche et une bizarre impression d’insécurité. Vous avez l’impression, de plus en plus souvent, que l’on vous observe, que l’on vous file. C’est dans l’ombre derrière vous, il y a quelque chose, un regard collé sur votre nuque, et pourtant quand vous vous retournez vous ne trouvez rien.
Instinctivement, vous commencez à préférer les endroits noirs de monde car ils dégagent une rassurante impression de vie, de sécurité. Impression qui ne dure pas : très vite, un souffle glacial vous fait frissonner l’échine et – oh, une main ne vient-elle pas de vous agripper l’épaule ? Et ces personnes ne sont-elles pas en train de vous regarder d’une manière un peu trop appuyée ?
Vous étouffez brusquement et vous vous empressez de rentrer chez vous. Sauf que vous vous rendez vite compte que c’est une mauvaise idée car vous vivez seul. Le silence est un peu trop silencieux à votre goût, les lumières n’éclairent pas bien les pièces et tout vous semble un peu trop sombre. La nuit, vous décidez de garder une lumière allumée pour dormir, ce qui est plutôt bizarre car vous n’aviez jamais eu peur du noir auparavant. Mais de toute façon vous n’arrivez quand même pas à dormir. Ou vous dormez mal. Vous émergez en sursaut car vous sentez qu’il y a quelqu’un
– quelque chose – dans votre lit et c’est effectivement le cas, une masse sombre, effrayante et grondante. Vous vous réveillez à nouveau – ouf, rien qu’un mauvais rêve –, juste à temps pour voir la porte de votre chambre claquer un grand coup, une silhouette passer, un regard derrière les carreaux de votre fenêtre. Vous n’avez de cesse de vous réveiller encore et encore et finalement vous vous préparez sans trop savoir si vous être définitivement réveillé ou non. Vous êtes un peu hagard, épuisé, tendu. La première personne qui vous parle vous fait sursauter ; vous voyez des trucs étranges du coin de l’œil, mais plus rien quand vous y prêtez une attention plus soutenue. Et partout, absolument partout, vous vous sentez épié.
Ensuite, vous sortez du travail et tout recommence. La filature, la main sur votre épaule, les regards insistants, un rire à vous glacer le sang, votre appartement qui ne vous apporte aucun soulagement et ces rêves effrayants dont vous ne savez jamais à quel moment vous vous en sortez vraiment.
Chaque jour, vous revivez le même scénario en boucle. Jusqu’au moment où vous craquez.

Et là, vous réalisez que vous n'en étiez encore qu'à l'amuse-gueule. »



Fut un temps où jouer aux dieux était une occupation tout à la fois divertissante, lucrative et très prenante. Enfin la divinité c’est comme tout le reste, vint un temps où l’on s’en lasse et où l’envie de tester autre chose vient vous chatouiller l’esprit. Innover un peu, tester des nouvelles méthodes.
Ammout a essayé d’innombrables techniques, du cliché à l’inédit, du simple au casse-tête, comparé la torture mentale courte mais intense à son opposé pour voir ce qui payait le mieux… elle a eu du temps, énormément de temps pour s’occuper et faire des essais. Finalement, maintenant, elle a fini par se ranger du côté du classique. Parfois, les vieilles peurs primaires sont les plus efficaces. Ça ne l’empêche pas de temps à autre de faire marcher un peu son imagination et d’inventer à nouveau.


UN GRAND BAL EST ORGANISÉ PAR LA REINE NOIRE. Y PARTICIPE-T-ELLE ? SE FAIT-ELLE REMARQUER OU RESTE-T-ELLE DISCRÈTE ? ▬ Ammout n’aime pas les grosses réunions de famille, c’est un fait. Venir à un bal ? Sottise ! A moins d’y être expressément conviée par quelque personnage important, elle ne fera certainement pas l’effort d’y pointer ne serait-ce que le bout d’un orteil griffu.

Enfin ça, c’est pour la version officielle.

En vérité, Ammout aime bien être un peu partout. Et, tandis qu’elle s’efforcera d’adopter une apparence humaine toute simple comme nombre de ses camarades Ombres se plaisent à le faire, elle se fera la plus discrète possible ou du moins suffisamment pour qu’on ne la reconnaisse pas. Car là où il y a du monde, il y a toujours quelques faits intéressants à entendre ou à voir, quelques bribes de discussion à récupérer ici et là, des ragots à apprendre et à retenir et puis quelques personnes charmantes à repérer et avec qui converser, parfois, sait-on jamais. Disons que ça la change de la pauvre compagnie que lui procurent ses chères Âmes.



« quote »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ammout la Dévorante   Mar 22 Jan - 17:27

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ammout la Dévorante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CDF Training
» [SleepingBeautyMalaurie et nina04] Une passion dévorante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
shlagevuk :: Archives :: Cadavres et personnages en cours-